Critique N°37 : Guardian of the Witch

Le temps avance, sans qu’on puisse rien y faire. Et avec lui, il emmène des mangas, qu’ils soient bons ou mauvais… Et si on se souvient des chef-d’oeuvres, certains mangas nous marquent de par leur nullité. C’est de l’un d’eux dont on va parler aujourd’hui. On va parler de Guardian of the Witch.

Guardian of the Witch est donc un manga d’Asahi Sakano commencé dans le Jump #10 de 2020, pour se conclure en 19 chapitres dans le Jump #29 de la même année. Il s’agit d’un nekketsu qui, vous allez le voir, ne réinvente absolument rien et se foire même absolument partout. Attention aux spoilers, même si je doute fort que vous souhaitiez lire ce manga.


Un échec cuisant

Weekly Shonen Jump on Twitter: "Guardian of the Witch Volume 1 ...

Avant de réellement s’intéresser à ce qu’est Guardian of the Witch, j’aimerais clarifier certains points : vous vous en êtes doutés en lisant mon introduction, mais cette critique va être très négative, et je considère qu’il s’agit de mon maximum concernant ce manga. Des mangas finis en moins de 40 chapitres dans le Jump, il y en a environ 5 à 7 par an, et la qualité est parfois présente.

C’est par exemple le cas avec Yui Kamio Let’s Loose et Hungry Marie, deux mangas arrêtés trop tôt selon moi. Il m’arrive aussi de reconnaître qu’un manga est mauvais, mais de quand même bien l’aimer, comme avec ZIPMAN!!. Parfois, le début d’un manga peut être mauvais, mais on peut ressentir une progression, c’est ce qu’on verra avec Bone Collection. Et parfois il arrive que le manga soit un ratage complet, comme c’est le cas avec Guardian of the Witch…

Guardian of the Witch #7 Review | The Fandom Post

Guardian of the Witch nous place donc dans un monde où l’humanité a perdue énormément de terrain et est obligée de vivre recluse dans des cités-états derrière des murs, car dehors rodent des monstres mangeurs d’hommes. L’armée est donc principalement dévouée à protéger les murs, bien que dans chaque citée habite une sorcière, femme douée de magie, qui protège la cité. Chaque sorcière possède son gardien et sa servante, qui l’aident à subvenir à ses besoins. Si la servante servira la sorcière jusqu’à sa mort, le gardien devra tuer la sorcière, car pour obtenir ses pouvoirs, elle a été infectée par les monstres.

Oui, présenté de cette façon, on dirait le scénario de L’Attaque des Titans…. Et le pire c’est que c’est ça. C’est ce qu’est Guardian of the Witch. Globalement, le manga suit une trame semblable à L’Attaque des Titans, en beaucoup moins abouti. On dirait simplement que le scénario est resté à l’état de brouillon, c’en est désolant. ZIPMAN!! à côté est une oeuvre incroyablement complexe.


Un manga mort-né ?

Le scénario est également contradictoire avec « l’univers » qui nous est présenté. J’utilise des guillemets, car c’est si vide que c’est une insulte envers le mot univers. Mais en quoi est-ce contradictoire ?

Reprenez la description que j’ai faite du monde de Guardian of the Witch, le délire des monstres et des sorcières qui tuent les monstres là où les soldats les repoussent uniquement. Maintenant, prenez le héros dont le but est de tuer les sorcières, en terminant par Manafsa, la sorcière qu’il défend…. Si il tue les sorcières, qui va défendre la population ? Ah bah oui, fallait y penser avant….

Un autre point qui me dérange avec Guardian of the Witch, oui encore un, c’est que…. Les personnages sont fades. Il ne s’agit même plus de personnage fonction, mais uniquement de simples pantins, qui font ce qu’on leur demande, purement et simplement… Encore une fois, des personnages fonctions, ça peut exister, mais des personnages fonctions à ce point vide c’est un exploit !

« Oui mais c’est impossible de rendre des personnages attachants en aussi peu de chapitres ». Prenez Time Paradox Ghost Writer, nouveauté du Jump avec 6 chapitres à son actif (et dont je parlerai un jour) : Sasaki, le protagoniste, est plus qu’attachant. Même avec ZIPMAN!!, un manga qui est objectivement très mauvais, avait réussi à rendre son protagoniste attachant à mes yeux. Sauf que là, rien. Rien de rien, pendant 19 chapitres, qui m’ont parus aussi long que l’intégrale de la trilogie du Seigneur des Anneaux. Vous devinez déjà la note lié au plaisir de lecture j’imagine…

Enfin, il reste un point avant de conclure, et j’aimerais finir sur une meilleure note que le reste, afin de vous montrer que je ne « hais » pas Guardian of the Witch

Les dessins sont le meilleur point du manga, mais vu le niveau du reste, c’est tout de même mauvais. On sent cependant que l’auteur a de l’expérience en tant qu’assistant (il était assistant sur Black Clover). Les effets sont très jolis, les décors sont agréables également, mais…. Les personnages sont très étranges. On a l’impression qu’ils ont été « étirés », ils ont des cous énormes, c’est perturbant et pas très agréable. Sans compter qu’à aucun moment on a une impression de réalisme en regardant les personnages… Et on obtient un manga dont la meilleure note, c’est quelque chose qui serait très moyen pour un bon manga.

Notation:

Personnages: 02/20

Scénario: 01,5/20

Ambiance et Univers: 04/20

Dessins: 09/20

Plaisir de Lecture: 01/20

Total : 17,5/100 = 03,5/20

Là où je pouvais reconnaître que ZIPMAN!! avait du potentiel, et qu’il y avait des idées, pour Guardian of the Witch, je suis tout de suite bien plus pessimiste…. Le manga est mauvais de base, et l’idée était mauvaise également, c’est tout. Je ne vois vraiment pas comment ce manga a pu être accepté en réunion éditoriale, parce qu’on dirait qu’il est resté au stade de prototype, c’est tout. Encore un manga avorté qui n’aurait jamais dû voir le jour.