Bonjour à tous. Vous savez, on commence à me considérer comme quelqu’un qui s’y connaît en tant que nouveautés avortées du Jump, ou dont la survie n’est pas encore assurée. C’est même devenu une blague sur un certain serveur Discord. Cependant, je dois vous dire que j’ai beaucoup de compassion pour les nouveautés dont je parle, que ce soit ici, sur Discord ou sur Twitter. ZIPMAN!!, Yui Kamio Let’s Loose, Hungry Marie…. Même Guardian of the Witch ! Et pourtant il existe des mangas que je ne peux pas blairer, alors que j’estime être assez cléments par moments. Après avoir perdu un pari après une certaine personne qui se reconnaîtra, il est temps pour moi d’aborder ce qui n’est pas forcément le pire manga du Jump que j’ai lu, mais qui reste détestable.

Si vous aimez la démolition, l’acharnement ou juste que vous êtes curieux, prenez place ! Bienvenue dans la critique N°40, sur le tome 1 de Bone Collection !


Même mon chien dessine mieux

Commençons directement par le point qui m’alarme le plus concernant Bone Collection. LE DESSIN EST DÉGUEULASSE. Je ne vois pas comment le dire autrement. Vous voyez la case que j’ai mis ci-dessus, et bien vous pouvez y voir que le visage de l’héroïne est tordu. Et ça encore, ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. Globalement, Bone Collection a un dessin plus qu’inégal, pour ne pas dire totalement raté.

Globalement, l’auteur, Jun Kirarazaka, a un gros problème pour dessiner les personnages. En lisant Bone Collection, j’ai constamment l’impression que les corps ne sont pas solides. Les traits ne sont pas assez marqués et ça empêche la fluidité au niveau du mouvement. Car oui, ça reste tout de même un shônen typé action. Le pire, c’est que les décors sont eux très corrects. Les assistants de Kirarazaka s’en sortent plutôt bien, et ça donne un mélange tout sauf homogène. Des décors agréables à l’œil nu et qui donnent par moment envie de regarder les planches dans les moindres détails, mais qui sont plus que contrebalancés par des personnages principaux avec un trait soit trop fin, soit trop courbés et des proportions très mal respectées.

Par curiosité, je suis quand même allé chercher voir ce que l’auteur avait fait avant, afin de comparer. Alors Bone Collection est son premier manga à être sérialisé, il avait eu droit à un one-shot il y a quelques temps, mais il a surtout été assistant sur The Last Saiyuki, série de 2019 avortée en 20 et quelques chapitres, mais qui avant un style graphique bien à elle dès son premier chapitre (exemple ci-dessous).

Après Kirarazaka était simplement assistant, et il se chargeait uniquement de finir le travail de son sensei de l’époque. Mais tout de même, il aurait pu récupérer quelques conseils… Car rien qu’avec un style graphique un peu plus correct, ou à la The Last Saiyuki, Bone Collection serait déjà bien plus digeste.

Je pense malgré tout que Kirarazaka a probablement du mal à tenir le rythme hebdomadaire imposé par le Jump. J’ai relu le premier chapitre avant d’écrire cette critique, et honnêtement, le dessin est bien meilleur. Tout est plus digeste, et si quelques cases restent moches, le tout est bien plus digeste. De même, dans les derniers chapitres, ceux du tome 2, le dessin s’améliore progressivement. Alors peut-être que ce n’est qu’une petite erreur de début de parcours, certes. Mais ça peut coûter cher, et vu les classements actuels de Bone Collection c’est ce qui semble se passer…


Prototype de prototype de one-shot

Bone Collection est un manga imparfait. Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est un manga raté, car sur le papier, il a tout pour être un bon nekketsu. Mais là en l’état, on dirait un protoype pour un one-shot, pas un manga sérialisé… Le scénario est inexistant, je n’ai absolument rien compris en lisant 3 fois les 7 premiers chapitres. L’humour est… Original, mais pas dans le bon sens du terme (sous vos yeux ébahis, la chanson du vomi ci-dessus). L’univers est, comme le scénario, sous développé.

Et les personnages, c’est la même chanson. Le personnage principal est insupportable au possible, sans compter qu’il possède sans doute l’un des chara-design les plus moches du manga. Concernant le reste des protagonistes, Rino, l’amie d’enfance, est celle qui s’en sort le mieux, sans doute parce qu’elle reste assez basique et en retrait. Mais Paira, l’héroïne, c’est quelque chose…. Horrible, insupportable, détestable, affreuse. Prenez ces 4 adjectifs, ajoutez du fan-service à base de soutien-gorge et de mensurations élevées au niveau de la poitrine et vous avez votre héroïne !

Au final, Bone Collection est un manga qui me frustre plus qu’autre chose, car il avait tout pour devenir au mieux une lecture excellente et au pire un manga très moyen que j’apprécié, comme ZIPMAN!!. Il aurait tout gagné à avoir maturé pendant encore quelques mois avant d’être lancé dans le Jump. Mais là en l’état, Bone Collection est un manga qui n’a pour lui absolument rien, tant il est abouti absolument nul part.

Malgré tout, j’ai été assez enthousiaste lors de ma lecture de Bone Collection. En tout cas le 1er chapitre, parce que après c’est une autre histoire

Je reste malgré tout persuadé qu’il existe une timeline où tu es un excellent manga Bone Collection, timeline où tu a commencé fin 2020 ou début 2021. Parce que là, tu mérite à peine de finir à la poubelle, et c’est une insulte pour les poubelles

Notation:

Personnages: 05/20

Scénario: 06/20

Ambiance et Univers: 04/20

Dessins: 04/20

Plaisir de Lecture: 07/20

Total : 26/100 = 5,2/20

Bone Collection est un manga gâché. On part d’un premier chapitre assez agréable, pour finalement finir au fin fond des enfers dès la fin de son tome 1. Il faudra voir son futur, mais je suis très très pessimiste concernant l’avenir de ce manga qui avait pourtant toutes les cartes en main.