Les Lectures d’Amano N°26 : Grand Blue, Tomes 1 et 2

MISE A JOUR DU 24/02/2021 : Grand Blue est finalement arrivé en France, chez Meian ! Bonne lecture à ceux qui découvrent cet article, il a été écrit en début d’année 2020, à une époque où je progressais encore énormément dans l’écriture de mes articles, merci de tenir ça en compte. Certaines informations ont été modifiées afin de les remettre au goût du jour. L’article n’a dans son ensemble pas été tant modifié.

Bonjour à tous et bienvenue dans cette 2ème critique de cette Semaine Bleue, commencé hier avec Blue Lock (merci pour son incroyable accueil) et qui se conclura demain avec celle sur Stone Ocean. Aujourd’hui, on s’intéresse à ma comédie préféré, qui m’a fait traverser toutes les étapes du rire, du simple sourire aux pleurs de joie intarissables : Grand Blue. On s’intéressera aux 2 premiers tomes de la série, et ce, sans spoiler !

Grand Blue est donc un seinen qui allie comédie, plongée et vie universitaire afin de nous donner un manga qui est un grand cru dans le genre de la comédie. Il est publié depuis avril 2014 dans le magazine mensuel good!Afternoon de la société Kodansha. 16 volumes sont parus à ce jour. Car malgré son cadre qui peut sembler tout sauf adapté, Grand Blue est prenant et surtout attachant ! On s’intègre très facilement à l’univers que nous propose le manga, et c’est une excellente chose, car on s’identifie bien plus aux personnages, qui sont eux aussi, tous très réussis et attachants.


Un humour qui fait mouche 100% du temps

Grand Blue nous raconte l’histoire de Kitahara Iori, qui décide de quitter le milieu familial pour aller faire ses études en mécanique au bord de la mer, dans la petite ville côtière d’Izu. Il est hébergé chez son oncle, gérant d’une boutique de plongée, boutique qui est d’ailleurs l’endroit où se rassemble le club « Peek a Boo », club de plongée où les membres sont bien plus souvent en train de boire qu’en train de plongée…

Après un malentendu avec sa cousine Chisa, Iori décide tout de même de vivre sa vie universitaire de rêve ponctuée par de nombreuses beuveries avec le joyeux club de plongée. C’est un scénario tout ce qu’il y a de plus simpliste. On retrouve un cadre spatial, la ville d’Izu, un groupe de protagonistes, le club « Peek a Boo » (bien qu’on va bien plus se centrer sur Iori et ses amis en 1ère année) et diverses péripéties comme par exemple un quiproquo sur les relations entre tel et tel personnage, un problème lié à leur université ou parfois de la plongée.

Globalement chaque chapitre se déroule ainsi : vie d’Iori et de ses amis > problème liés à l’un d’eux > péripéties avec des moments mémorables > conclusion sur le même niveau d’humour. Pour le coup le manga s’adapte vraiment très bien au format du manga mensuel étant donné que les auteurs ( Kenji Inoue au scénario et Kimitake Yoshioka au dessin) peuvent donc faire des intrigues en 1 chapitres, tandis que dans un format hebdomadaire, ça s’étalerait sur plusieurs chapitres et cela sortirait fatalement le lecteur du récit.


Des dessins plus qu’agréables

Grand Blue n’a pas de dessins révolutionnaires. Grand Blue n’a pas de dessins transcendants. Mais ça fait le nécessaire. Un manga du genre n’a pas besoin d’un dessin magnifique pour être excellent. Grand Blue a donc un style de dessins qui ne sort pas des sentier battus : des personnages bien détaillés, des expressions de visages plus qu’honorables et des décors qui sont eux excellents. Voici un petit aperçu de l’art de Grand Blue, parce que rigoler en buvant du thé Oolong c’est bien, mais se poser pour admirer le paysage c’est quand même très sympathique également :

Globalement, le dessin de Grand Blue me plaît énormément. Ce n’est peut-être pas votre cas, et je peux comprendre, mais pour ma part c’est vraiment un style que j’affectionne tout particulièrement. La déformation des dessins d’anime sur les vêtements de Kouhei, les trames qui sont utilisées sans être omniprésentes, et surtout l’opposition entre les moments à la surface, qu’on imagine très bruyants et qui sont supposés bruyants par la grande présence de bulles (comme avec la dernière planche ci-dessus), et les moments dans l’océan, qu’on imagine bien plus calme. Grand Blue nous immerge tellement qu’on en imaginerait l’ambiance sonore, c’est incroyable…


Un univers intéressant et des personnages attachants

Grand Blue Dreaming - Kodansha Comics

Grand Blue a également un univers qui se contente de faire ce qu’on lui demande : introduire des situations auxquelles nos protagonistes devront faire face, avec humour bien sur, sinon ce n’est pas Grand Blue ! Globalement, on peut noter 2 lieux majeurs : l’université d’Izu et le magasin Grand Blue et ses alentours (océans, entrepôt ou dort Iori…). C’est dans ces deux lieux où se dérouleront la majorité des intrigues du manga, avec quand même de nombreux lieux moins présents comme Okinawa où se déroule le dernier arc des 5 premiers tomes du manga. L’univers de Grand Blue déborde de gaieté, clairement si on me proposait d’aller vivre dans un un manga, je choisirais très probablement Grand Blue afin d’intégrer ce monde où les soucis semblent être bien loin…

Image

Mais ce qui est la plus grande force de Grand Blue, c’est bien évidemment ses personnages, qui sont tous à la fois détaillé. Chaque personnage a ses traits de caractère et surtout son design. Ainsi, Kouhei aura toujours des vêtements d’otaku, Iori sera soit habillé de manière banale, soit il sera en caleçon et Akuza… Bah, vous savez ce qu’on dit. Chaque manga doit avoir sa waifu afin de pouvoir exister…

Grand Blue ne déroge pas à cette règle qui semble être devenue au fil du temps indispensable pour les mangas. On peut également parler des amis de la classe de Kouhei et de Iori qui sont toujours accompagnés d’une ou deux blagues par rapport à la relation entre Chisa et Iori. On arrive à comprendre très facilement chacun des personnages, et c’est une excellente chose car l’humour nous touche encore plus ! Et d’ailleurs, parlons-en de l’humour…

Parce que oui, il faut que je vous parle de l’humour de Grand Blue… Je n’ai jamais autant rigolé en lisant une comédie… Chaque chapitre donne au minimum le sourire, et pas mal d’entre eux sont capables de vous provoquer un fou rire… C’est juste incroyable. Grand Blue est un manga qui distribue de la bonne humeur par palette, et qui le fait grâce à ses gags qui font tous mouche.

Le manga arrive même à introduire quelques gags récurrents, comme le fait que Iori et Kouhei soit souvent en caleçon, ou que les seniors du club soient à poil, ce qui oblige la présence d’une censure sous la forme… d’un cercle noir. Je pourrais aussi vous parler de Aina, et de sa double personnalité qui prend le dessus quand elle se maquille, de Nanaka, qui est obsédée par sa soeur ou d’Azusa, qui est victime d’un gros quiproquo avec Iori…. Vraiment, Grand Blue m’a fait rire, pleurer de joie et sourire !

Notation:

Personnages: 18/20

Scénario: 15/20

Ambiance et Univers: 19/20

Dessins: 16/20

Plaisir de Lecture: 20/20

Total : 88/100 = 17,6/20

Grand Blue est clairement une excellente comédie que je vous recommande chaudement. Tout est maîtrisé dans ce seinen qui sait utiliser à la perfection un humour qui fait toujours mouche. Merci de tout cœur à Meian pour la localisation française !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s