Critique N°21 : Au fur et à mesure de JoJo’s Bizarre Adventure N°4 : Diamond is Unbreakable

Depuis maintenant 3 mois je vous partage mon ressenti au fur et à mesure de mon avancée dans JoJo’s Bizarre Adventure. Après les parties 1, 2 et 3, on s’attaque désormais à Diamond is Unbreakable, 4ème partie du manga.


Un virage à 90° ?

Résultat de recherche d'images pour "diamond is unbreakable josuke"

La partie 4 de JoJo’s Bizarre Adventure nous amène au Japon, en 1999, dans la petite ville de Morioh. Jotaro Kujo, maintenant âgé de 29 ans, se rend dans cette ville à la recherche de Josuke Higashikata, lycéen qui serait le fils illégitime de Joseph Joestar, et donc son oncle. Jotaro le cherche afin de l’informer qu’il recevra une partie de la fortune de Joseph à sa mort (Joseph qui est maintenant âgé de 79 ans).

Jotaro finira par retrouver Josuke, mais il se rendra bien vite compte que Morioh est bien moins tranquille qu’il n’y paraît et que des manieurs de Stand rôdent dans les parages….

Résultat de recherche d'images pour "morioh jojo"

Diamond is Unbreakable est donc une partie un peu « à part » dans JoJo, notamment au niveau de son cadre spatial, qui bouge très peu : pas de courses-poursuites à travers toute l’Italie, pas de voyage des Etats-Unis à la Suisse, pas d’odyssée à travers l’Orient, non, c’est Morioh, ses habitations, ses commerces et ses habitants hauts en couleur.

Et au final, ça se ressent au niveau du scénario, bien plus posé qu’avant. Plus de course contre la montre, plus de quête contre des vampires, là c’est plus posé : il y a une flèche créatrice de Stand qui passe de mauvaises mains en mauvaises mains, et il faut la récupérer.

Au final, la partie a quand même pas mal des airs de films policiers, avec un cadre un peu plus restreint et un cast de personnage élargi (bien que au niveau des protagonistes principaux, 5 se démarquent et au final, c’est bien plus gérable que les 6 de Stardust Crusaders).


Un enrichissement de l’univers

Résultat de recherche d'images pour "arrow DIU jojo"
_

Mais là où Diamond is Unbreakable brille (parce que un diamant ça brille…..) vraiment, c’est au niveau de son univers et de ses personnages, alors que c’était l’un des points faibles de Stardust Crusaders.

Le fait d’avoir un cadre plus réduit est bien meilleur, car on a le temps de s’attacher aux personnages, et surtout aux antagonistes, vu que en plus de ça, la plupart ne meurent pas lors des affrontements contre le groupe Joestar et finissent même par devenir des alliés, l’exemple typique étant Rohan Kishibe, mangaka de profession et l’un des antagonistes de l’acte 2 de Diamond is Unbreakable, qui finit par devenir un allié majeur de Josuke et de ses amis. La ville de Morioh est une vraie réussite, car au fur et à mesure de la série, on en finirait presque par connaître la petite ville aussi bien que Josuke, Koichi ou Okuyasu. Son restaurant italien curatif et terrifiant, son hôpital, ses falaises, son lycée….

Il est assez difficile d’exprimer à quel point Morioh est très bien réalisé. C’est simple, c’est cohérent et on s’y croirait, et je pense qu’il s’agit de la première fois dans JoJo où je ressent ça, malgré le fait qu’Araki utilise la géographie de notre monde. Sans parler du fait que Diamond is Unbreakable développe l’univers de la série. Ainsi, on apprend comment DIO a obtenu The World, qu’il existe des Stands qui peuvent nuire à leur utilisateur, comme Superfly, Stand puissant mais qui oblige l’utilisateur à vivre dans un pylône électrique.

Les règles concernant l’utilisation des Stands commencent également à être de plus en plus définies, malgré le fait que des pouvoirs changent subitement comme ça, l’exemple le plus parlant étant pour moi Crazy Diamond, Stand de Josuke, qui au début de la partie pouvait réparer les objets mais en leur ajoutant un défaut (la casquette de Jotaro qui devient « ondulée »). Mais d’un coup blam! Crazy Diamond répare les objets sans aucun défaut, et c’est pas juste combler un trou dans un mur… Crazy Diamond a littéralement démonté une moto pièce par pièce avant de la remonter…

Oui, on dirait que je chipote, mais ces petits détails te ruinent l’immersion, vu que les règles changent sans cesse et pour avoir lu Vento Aureo, Stone Ocean et Steel Ball Run, ça va pas aller en s’arrangeant…


Des personnages et des Stands excellents

Image

Par contre côté personnages, là où Stardust Crusaders tapait déjà très fort, surtout avec les personnages de Kakyoin et de Polnareff, Diamond is Unbreakable fait encore mieux, vu que TOUT le cast est attachant… Okuyasu et sa relation compliquée avec son frère, Josuke et son lien avec Joseph, Jotaro, qui devient un mentor malgré lui et surtout Kira Yoshikage, antagoniste majeur et final de Diamond is Unreakable, qui casse des bouches et explose l’amour des fans sans sourciller.

Chaque personnage est unique en son genre, et au final ça donne un univers fun et qui ne s’épuise jamais, et ça c’est fort. Je ne pourrais pas en dire plus, vous savez que j’ai pour habitude de spoiler la partie dans la critique d’après, mais je peux juste vous affirmer haut et fort que les personnages de Diamond is Unbreakable sont excellents, très bien développés, et surtout ils ont tous leur propre arc narratif… Et ça c’est beau. Sans compter que niveau Stand, Araki s’est également fait plaisir.

Résultat de recherche d'images pour "Part IV all stand jojo"

Clairement, on sent un énorme gap entre les Stands de Stardust Crusaders et ceux de Diamond is Unbreakable, alors que ceux de la partie 3 étaient déjà très inventifs ! Pour faire court et hors contexte on a : une flaque, un Pikachu poulet, une photo, un pylône électrique (vous avez compris qu’il m’a marqué lui), un Rondoudou terroriste, un mec qui te transforme en livre, des pieds qui bouffent ton énergie et surtout UN CHAT PLANTE QUI PÈTE SUPER FORT, ET C’EST GENIALLLLLL!!!!

On sent également une montée en puissance des protagonistes, montée illustrée par l’altercation entre Josuke et Jotaro au début. Hirohiko Araki commence vraiment à se libérer et à faire parler tout son esprit créatif et c’est vraiment une excellente chose, étant donné qu’il déborde d’imagination. On ressent que Diamond is Unbreakable commence à incarner l’esprit d’Araki, là où les précédentes parties pouvaient paraître un peu classique dans leur fond.

Résultat de recherche d'images pour "stray cat stand jojo"

Avant de conclure il faut bien évidemment que je parle du scénario de Diamond is Unbreakable, avec une balise spoiler, parce que c’est plus que nécessaire pour cette partie. Pour ceux qui n’ont pas vu/lu Diamond is Unbreakable, déjà honte à vous et puis abonnez-vous au blog en cliquant sur le bouton bleu en haut à droite, ça ne vous coûte rien et ça m’aide beaucoup ! Merci à vous !


Un scénario qui monte continuellement en puissance

BALISE SPOILER

Bon on est entre nous ? Je peux vous dire que Kira tue Shigechi, tout ça tout ça ? Et bien allons-y !

Résultat de recherche d'images pour "kira yoshikage"

Je considère que le scénario de Diamond is Unbreakable peut être séparé en 3 parties : le premier acte, qui va du début jusqu’à la défaite de Red Hot Chili Pepper, le deuxième acte qui va de la défaite de Red Hot Chili Pepper à la mort de Shigechi et la troisième partie, de la mort de Shigechi au combat contre final contre Kira et Killer Queen : Bites The Dust.

Et en soit cette séparation est intéressante car on peut remarquer une vraie différence de ton entre les 3 actes : la première est bonne enfant, la deuxième plus sombre et la troisième est incroyable… Le personnage de Kira explose en tout point les précédents antagonistes du manga (sans mauvais jeu de mot).

Il en devient même touchant par moment, que ce soit par son but assez étrange (vivre une vie plate et monotone), ou par le fait que le manga se centre sur lui pendant certains arcs (son arc d’introduction est vécu selon son point de vue, l’arc de Stray Cat également par exemple). Vraiment, Kira est une grosse réussite, que ce soit par son design, son Stand Killer Queen, sa personnalité ou son destin. Bon, abrégeons cette critique, j’en peux plus…

Résultat de recherche d'images pour "JoJO part 4 joestar group"

Notation:

Personnages: 18/20

Scénario: 16/20

Ambiance et Univers: 18/20

Dessins/Animation: 17/20

Plaisir de Lecture: 15/20

Total : 84/100 = 16,8/20

Diamond is Unbreakable corrige beaucoup d’erreurs de Stardust Crusaders, tout en renforçant encore les points forts de la série. On sent que le manga est dans une phase de transition, entre le JoJo d’hier et d’aujourd’hui. Ainsi, il manque encore quelque chose à JoJo pour être vraiment parfait. Malgré tout Diamond is Unbreakable reste un incontournable, à lire et à vivre !
.
.
.
.
.
..
.
.
.
.
.

Kono Giorno Giovanna niwa yume ga aru

8/04/2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s