Amachronique N°5: Shokugeki No Soma

Résultat de recherche d'images pour "food wars"
oui bon, c’est le retour des 45 couleurs de cheveux comme dans Kuroko no Basket

Aujourd’hui, sortez les couteaux et mettez un tablier, on s’intéresse à Shokugeki no Soma, plus connu sous le nom « Food Wars » chez nous (nom que j’utiliserai pas car je l’aime pas voilà) manga qu’il ne faut absolument ne pas lire le ventre vide!

Shokugeki no Soma est donc un anime shônen centré sur la cuisine, oui la cuisine. Il a été prépublié dans le Weekly Shônen Jump entre novembre 2012 et juin 2019. Le manga s’est achevé cet été pour un total de 36 volumes, paru en France aux éditions Tonkam. On y suit l’histoire de Yukihira Soma, jeune lycéen qui gère avec son père un restaurant de quartier, le Yukihira. Cependant, vient un jour où Saiba Joichiro, père de Soma, décide de fermer le restaurant pour aller cuisiner dans des restaurants de luxe à travers le monde, tout en inscrivant Soma à l’académie culinaire de Tootsuki. C’est ainsi que débute l’un des mangas les plus improbables, où les héros ne s’affrontent pas avec des boules d’énergie ou avec des pouvoirs surnaturels, mais avec des omelettes, des ramens, des currys et des soufflés.

Résultat de recherche d'images pour "food wars"
L’héros et l’héroïne, Soma Yukihira et Erina Nakiri

On est donc face à un manga très typé manga de sport, mais qui parle de cuisine. Et le pire c’est que ça colle à la perfection: étant donné que c’est un manga qui réutilise des codes du manga de sport et du coup, il y a des entraînements, qui s’apparentent ici à des apprentissages de techniques de cuisines, voire des styles (Soma par exemple, qui se spécialisera dans la cuisine française avec l’arc du Stage), et aussi des compétitions, ici représentés sur la forme des « Shokugeki », qui veut dire « Bataille des chefs », ce qui donne « Soma de la Bataille des Chefs ». Enfin bref, les Shokugeki c’est des duels de cuisine en 1VS1 où les deux participants doivent créer un plat par rapport à un thème (par exemple un thème qui demande d’utiliser le même ingrédient, d’utiliser tel ou tel style de cuisine ou de faire un plat de tel ou tel type, comme un sushi ou un bentô). Et en plus du duel, il faut ajouter des récompenses de valeur égales des deux côtés. Et c’est ça qui rend Shokugeki no Soma très bon: le fait que ce soit un excellent manga, qui nous montre des duels de cuisine épiques mais surtout le fait que la cuisine soit un domaine qui parle à quasiment tout le monde. Elles sont rares, les personnes qui n’ont jamais cuisinés sur Terre, croyez-moi.

Résultat de recherche d'images pour "food wars food"
Bon bah ça y est, j’ai faim…

Mais ce qui fait la grande force de Shokugeki no Soma, c’est son visuel classique et accrocheur, mais aussi ses personnages (sans oublier le fait que les personnages finissent à poil à chaque Shokugeki, et qu’il y a 75% de personnages féminins). Shokugeki no Soma est donc un manga accrocheur, qui est magnifique, tellement magnifique qu’il donne faim si vous regardez un Shokugeki le ventre vide. Et ce qui est vraiment cool, c’est que chaque personnage a son style de cuisine spécifique: on a Soma Yukihira, le héros, spécialiste dans la cuisine au style « Yukihira » (faire de la cuisine de luxe avec des ingrédients d’entrée de gamme, pas cher quoi), Megumi Tadokoro, la fille un peu fleur bleue, spécialiste dans la cuisine des légumes et du bien-être (elle apaise les palais), Erina Nakiri, le « palais divin », à la cuisine parfaite grâce à son sens du goût qui est parfait. On a aussi Alice Nakiri, cousine d’Erina (et accessoirement mon personnage préféré mais on s’en fiche un peu), spécialiste de la cuisine moléculaire, Rindô Kobayashi, qui utilise des aliments plus « exotiques » (comme de la viande de crocodile)….

Résultat de recherche d'images pour "food wars food"
Les couvertures juste magnifiques…..

Shokugeki no Soma est donc un manga qui réussit car il nous apprend énormément de choses sur la cuisine, tout au long de ses 36 tomes, mais aussi, car il donne ENVIE DE CUISINER. Et c’est ce qui est pour moi là où se mesure la réussite d’un manga shônen: l’envie de devenir tel le personnage principal. Et je précise bien que c’est pour moi un caractère de réussite de shônen car dans un shôjo, le héros est souvent banal, et dans un seinen, il est très souvent en difficulté voire en danger de mort. Et bien pour Shokugeki no Soma, on a envie de cuisiner, d’enfiler notre plus beau tablier et comme Soma, d’essayer tout ce qui nous passe par la tête dès qu’on se retrouve aux fourneaux. Car Shokugeki no Soma est un excellent manga, sans aucun doute l’une de mes meilleures découvertes de 2019. Et j’ai deux regrets vis-à-vis de Shokugeki no Soma: le premier, c’est que la fin soit aussi bâclée et rushée, que les éditeurs aient étés aussi impitoyables avec un pilier de leur magazine présent depuis plus de 5 ans (surtout pour lancer des nouveautés qui ont toutes flopées, merci mais non merci…). Mon deuxième regret est de ne pas avoir découvert Shokugeki no Soma avec son anime… J’en parle juste en dessous tout en vous mettant, ce qui est pour moi la meilleure OST de la série, la 30ème musique de la série, « Food Battle Start!

Non mais franchement, ça a l’air de sortir de One Piece ou de JoJo, pas d’un anime où y’a un gros plan sur un perso qui cuit des œufs !!

Car oui, Shokugeki no Soma possède un anime, soit un argument de plus pour vous y mettre. Ainsi, l’anime possède à ce jour 4 saisons (5 si on considère les 2 parties de la saison 3 comme 2 saisons, vu qu’il y a une pause de 4 mois entre les deux). Ainsi la saison 1 fait 24 épisodes, la saison 2 en fait 13, chaque partie de la saison 3 en fait 12 (pour un total de 24) et la saison 4 en fera apparemment 25 (et des rumeurs d’annonce d’une saison 5 courent sur Internet, mais bon, réponse ce week-end à la Jump Festa). Et puis bon, cet anime est juste excellent. Comme vous avez pu l’entendre plus haut, l’OST est juste sublime (pour les OST, j’ai juste mis « Food Battle Start! », mais j’aurais aussi pu parler de « Isshiki’s Theme », qui utilise avec brio des instruments traditionnels japonais, ou de « Rebels » et « Competition » définitions même de l’epicness musicale qui ont tout sauf l’air de sortir d’un anime culinaire, mais plutôt d’un Final Fantasy. Si vous voulez écouter ces OST, copier-collez leur titre sur YouTube précédé de « Food Wars »).

C’EST UN ANIME CULINAIRE NOM DE DIEU !!!!!

mais en plus de ça l’animation est plus que fluide et on voit que la Shueisha n’a pas sous-estimé le potentiel de l’anime en allouant suffisamment de budget à l’animation. Ainsi on a droit à Soma qui fait sauter ses oeufs avec une musique épique derrière (voir plus haut), à des combats entre les cuisiniers qui utilisent des plats pour se battre…. J’en dirai pas plus, regardez l’anime !!! Mais si l’animation est de bonne qualité, elle n’est jamais transcendante et on regrettera même par moment une utilisation de plans fixes (notamment dans la scène que je vous ai mise plus haut), et même si ça reste très fluide et super agréable à suivre, c’est dommage….. Bon sinon, passons à quelque chose qui est et restera positif: le Top Amachronique !!! Cette semaine, je vais vous livre non pas mes secrets de grand-mère pour faire des crèpes, mais bien mes 5 arcs préférés de Shokugeki no Soma !!

Résultat de recherche d'images pour "food wars alice nakiri"
Hop là, image de transition avec Alice Nakiri, meilleur personnage du manga pour moi.

Mes 5 arcs préférés de Shokugeki no Soma:

5- L’arc du camp d’Entraînement de Tootsuki

Camp d'entraînement de Tōtsuki Friendship and Rapport

Cet arc représente en gros les premières « vraies » péripéties auxquelles doivent faire face Soma et ses amis (parce que bon faire fuir des agents immobiliers ça va 2 minutes). Ainsi, cet arc qui apparaît tout gentil, un camp d’entraînement ça a l’air sympa, se révèle très vite être un cauchemar: tout échec à une épreuve sera sanctionné d’une exclusion pure et simple de l’établissement Tootsuki…. Ce qui a pour moi mis cet arc au top, c’est que on voit Soma perdre un Shokugeki et faillir rater une épreuve, et moi, j’aime quand les héros galèrent

4-L’arc du Festival de la Lune

Derrière ce nom d’arc qui ressemble à un arc très shôjo se cache en réalité le premier arc de la saison 3: c’est le festival de Tootsuki et les élèves sont donc invités à participer. Si certains se lancent des challenges un peu stupide (Rindô qui cherche à goûter chacun des 150 stands), les possesseurs de stands obtiendront des points bonus si ils font des bénéfices et…. seront exclus si ils finissent dans le rouge (le premier qui fait une référence à JoJo, c’est non). Reste que cet arc est le premier qui fait s’affronter Soma et un membre du Conseil des 10 (les 10 plus puissants élèves de Tootsuki), donc c’est forcément cool.

3-L’arc des Stages

Je dois être l’un des seuls hurluberlus à généralement préférer les arcs d’entraînement aux arcs de « combats » dans les shônen. Et l’arc des Stages illustre parfaitement ce que j’aime: des stages où les étudiants doivent aider le personnel, sinon…. ils sont virés (c’est bien vous commencez à comprendre comment marche Tootsuki). Si j’avais un peu peur avec le premier des deux stages, vu qu’il mettait Soma dans son domaine de prédilection, avec le deuxième où il se retrouve dans le restaurant de cuisine française de Shinomiya, à qui il a laissé très mauvaise impression lors des stages, je me suis dit qu’il y avait moyen pour que l’arc devienne génial. Et c’est le cas. Un apprentissage intensif et court, un maître dur, Soma qui galère…. Franchement c’est super cool

2-L’arc de l’élection d’Automne

Le deuxième arc de ce classement est donc le premier « tournoi » de Shokugeki no Soma. Déjà il est génial parce que il introduit Alice Nakiri (c’est une qualité je vous dit), mais aussi parce que Soma perd (vous commencez à comprendre ce que j’aime) et que les tournois, eh bah c’est quand même vachement cool !!

1-L’arc du Shokugeki Régimental

Et ouais, ce que on pensais être l’arc final de Shokugeki no Soma est premier. Je dis arc final car il réglait toutes les intrigues en cours et répondait à toutes les questions qui étaient en suspens. Un autre tournoi, cette fois entre deux équipes, un peu façon Battle Royal, avec d’un côté les héros et de l’autre le Conseil des 10… Juste incroyable. Plusieurs dizaines de chapitres de pur bonheur pour une conclusion à la hauteur, que je pensais et que j’espérait être la fin de la série, mais bon, si vous avez lu la première Analytique sur Saiba Asahi, vous savez ce qu’il en est….

Résultat de recherche d'images pour "food wars alice nakiri"
Fin du top alors on remet Alice CQFD

Au final, devez-vous lire Shokugeki no Soma ? Clairement oui, un grand OUI même. Le manga est juste excellent et reste très bon malgré une baisse de qualité sur son arc final… Donc allez-y, lisez le manga ou regardez l’anime, ayez faim en regardant un Shokugeki, ayez envie de faire des plats 5 étoiles avec juste un couteau… Lisez Shokugeki no Soma, c’était Amano, au revoir !!

Merci d’avoir lu cette Amachronique dédié à une de mes plus grosses découvertes de l’année. Je vous rappelle qu’à partir de demain, le 20 décembre 2019 et jusqu’au 31 décembre 2019, vous pourrez retrouver un article supplémentaire par jour sur CulturChronicles. Alors à demain pour le Test de la semaine et le début de cette vague de fin d’année !!

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s