Critique N°9: Animal Kingdom, tomes 1 et 2

Résultat de recherche d'images pour "animal kingdom manga"
Je trouve les couvertures MAGNIFIQUES

Aujourd’hui, on s’intéresse à une autre de mes lectures d’enfance: Animal Kindgom, de Makoto Raiku, l’auteur de Zatch Bell. Manga prépublié dans le Bessatsu Shônen Magazine, le même magazine que L’Attaque des Titans, publié au Japon par l’éditeur Kodansha et paru aux éditions Ki-Oon chez nous, dans la catégorie « Enfant »… Et c’est une erreur. Après je dis pas que il faut classer Animal Kingdom dans les seinen mais.. disons que bon, en 2 tomes, on voit 3 personnages couverts de sang, et deux d’entre eux mourir… Comme quoi, un visuel enfantin n’est pas synonyme d’un univers et d’un scénario enfantin.

Animal Kingdom nous raconte donc l’histoire de Monoko, tanuki qui a perdue ses parents il y a quelques mois, et qui a donc des difficultés à s’alimenter. En essayant de pécher, elle tombe sur un berceau, qui contient un bébé humain. Monoko va donc se prendre d’affection pour le bébé et décide donc de s’en occuper. Cependant le bébé possède un don: il est capable de parler avec tous les animaux de la création.

Le manga est donc un shônen qui se passe dans un monde constitué essentiellement d’animaux. Cependant, il y a une petite particularité: le manga est constitué de 3 parties, répartis sur ses 14 tomes, qui se déroulent à plusieurs parties de la vie de Taroza (c’est le nom du bébé). On a donc la petite enfance (tomes 1 et 2), l’enfance (tome 3 à 1ère moitié du tome 8) et l’âge adulte (2ème moitié du tome 8 à tome 14). Donc durant les 2 premiers tomes, on suit un Taroza encore bébé, qui ne sait pas marcher et qui doit donc se reposer sur ses 2 principaux soutiens, Croc-Noir le chat sauvage et Monoko, sa mère adoptive.

Résultat de recherche d'images pour "animal kingdom manga"
Les dessins sont vraiment très réussis

Le scénario reste cependant plus que basique pendant la lecture des 2 premiers tomes: une fois le groupe formé autour de Taroza, le schéma narratif de « Animal Carnivore qui veut attaquer- Taroza essaye de négocier-ça marche pas donc combat-résolution et avancement de l’état des héros », ce qui fait que au fur et à mesure, on est moins surpris par les situations (après ce n’est que 2 tomes, qui en plus servent d’introduction à l’histoire). Cependant, si le scénario reste basique, les personnages sont eux très agréables à suivre. Si leur originalité ne casse pas 3 pattes à un canard, ils restent très sympathiques. Après, difficile de se prononcer sans trop trop spoiler, faut quand même que vous ayez envie de lire ces deux premiers tomes !!! Mais les quelques antagonistes mineurs qui sont présents durant ces deux premiers tomes ont bien souvent une seule et unique motivation: Survivre car l’hiver est rude. Après du côté de l’ambiance et de l’univers, si être suivre l’histoire du point de vue des ratons-laveurs, et donc du point des proies, permet de se sentir légèrement oppressé (surtout dans le tome 1 en fait, car à partir du tome 2, Croc-Noir se joint à Taroza et Monoko, et la sensation d’oppression disparaît très vite), et si c’est fort agréable, dès que le tome 2 commence, tout ce sentiment d’oppression disparaît, pour mon plus grand regret… Après le tout reste très agréable à lire.

Résultat de recherche d'images pour "animal kingdom manga"
« Catégorie Enfant »….

Mais par contre, là où je n’ai rien à redire, c’est sur les dessins qui sont magnifiques. On sent que Makoto Raiku à l’expérience d’une ancienne série: les personnages sont très très bien dessiné, et les améliorations de designs se font sur les deux premiers tomes (par exemple Croc-Noir qui voit ses yeux grossir, ou Monoko qui voit son visage avoir des traits plus fins). Et pour vous dire, le style graphique reste identique entre la fin du tome 2 et le tome 14, preuve que Makoto Raiku sait ce qu’il fait et qu’il a une maîtrise totale de son style graphique. Franchement, chapeau…

Notation:

Personnages: 15/20

Scénario: 12/20

Ambiance et Univers: 15/20

Dessin: 16/20

Plaisir de Lecture:15/20

Total: 73/100 = 14,6/20

Animal Kingdom est agréable à lire, on sent que Makoto Raiku commence une histoire en sachant où il souhaite aller et c’est franchement très sympa. Après, début de l’histoire oblige, on reste dans du très basique et Taroza peut parfois devenir énervant, en servant de Deus Ex Machina. Après; on sent lors de la lecture des 2 premiers tomes que l’histoire a beaucoup de potentiel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s