Critique N°3: We Never Learn tomes 1 à 3

On s’attaque aujourd’hui au trois premiers tomes du manga We Never Learn, manga de Taishi Tsutsui, paru aux éditions Kazé, et manga du Shônen Jump (oui oui dans le Shonen Jump). Le manga a débuté dans le Weekly Shônen Jump le 6 février 2017 dans le Jump N°10 de l’année sous le titre de  » Bokutachi wa Benkyo ga Dekinai » (merci Kazé pour la traduction). Le manga est donc une comédie romantique et oui, on peux se demander ce que fout ce manga dans le Weekly Shônen Jump et surtout ce qui a pu motiver les éditeurs dans un magazine aussi impitoyable . Enfin bref We Never Learn qu’est-ce que c’est ? Comme dit plus haut c’est une comédie romantique qui s’inscrit dans un cadre scolaire tout en reprenant certains codes des mangas de « harem ». Le manga débute donc en nous présentant le héros Nariyuki Yuiga, très bon élève du lycée Ichinose, qui cherche à obtenir une mention spéciale, la recommandation spéciale VIP, qui accorde également le financement total des études supérieures. Nariyuki cherche donc à acquérir cette mention car sa famille est très pauvre et donc ne dispose pas d’argent pour payer ses études. Arrive donc son entretien avec son proviseur qui accorde à lui donner cette fameuse mention mais à une condition: aider les deux prodiges de son lycée, Rizu Ogata et Fumino Furuhashi à obtenir la fac de leur choix. Viendra également s’ajouter à cette troupe Uruka Takemoto, ami d’enfance de Nariuki, déesse du sport. Seul problème: si elles excellent dans leur domaine, leur compétences sont exécrables dans les disciplines qu’elles veulent étudier. C’est sur ce speech que se lance We Never Learn.

Résultat de recherche d'images pour "we never learn"

En soit un scénario assez classique qu’utilise également Go-Toubun No Hanayome (avec un succès bien plus grand à la clé cependant) commencé en 2017. Mais revenons aux trois premiers tomes de We Never Learn. On va donc suivre nos personnages dans quelques péripéties: les partiels, les « camps de révision », tout ça tout ça. Et en soit We Never Learn reste dans les grands codes sans trop s’aventurer en terre inconnue. Le scénario est bien trop classique. Alors oui, ce genre de scénario a démontré plus d’une fois son efficacité mais le manga, en trois tomes, ne surprend jamais et se parcourt en ayant un sentiment de déjà-vu. Mais même si le scénario ne décolle jamais, les dessins eux, sont d’une très bonne qualité. Si les décors restent assez simple (en même temps l’histoire se passe dans un lycée on allait pas avoir des trucs de fou) les personnages eux, rayonnent. Enfin les personnages, c’est surtout Rizu, Fumino et Uruka qui rayonnent. Nariyuki est dessiné « simplement », sans doute pour souligner son côté assez simplet et personnage « classique » là où les trois prodiges sont assez originales, rien que par leur couleur de cheveux.

Résultat de recherche d'images pour "we never learn"

Après concernant la qualité des personnages en eux-mêmes, c’est plus discutable. Forcément c’est le début d’une série qui compte à l’heure actuelle 14 tomes au Japon, donc les personnages ne sont pas encore totalement développés, surtout à la fin du tome 3. Un personnage principal est à peine introduit et les 4 autres sont très peu développés. Et en soit le plus gros problème est Nariyuki. Si Rizu, Fumino, Uruka et même la nouvelle membre de la « troupe » Mafuyu Kirusu, jeune prof très stricte, ont chacune quelque chose à cacher qui amènera à un moment ou un autre un arc dédié à leur évolution, Nariyuki, à l’inverse de Futarou Uesugi de Go-Toubun no Hanayome, n’a aucun événement de son passé qui semble être réellement marquant (à part un, mais qui semble avoir déjà fait évoluer Nariyuki) et n’a aucun trait de personnalité marquant si ce n’est qu’il est studieux, n’a aucun élément physique caractéristique (Lunettes + cheveux bruns= charisme d’un figurant) et pour l’instant, pas d’expérience passée marquante (sa famille est très pauvre, voilà) mais je ne m’avance pas trop sur ça pour l’instant. Le problème, c’est que Nariyuki Yuiga est le personnages que l’on suit le plus, vu que c’est le héros, donc cela entrave l’écriture des 3 héroïnes qui est, pour l’instant, excellente !!! Mais les 3 tomes se parcourent sans trop de mal, malgré certains passages un peu longs et certaines vannes un peu douteuses, et placées au mauvais moment. Le découpage des planches est bien réalisé et les pages parviennent à ne pas être surchargées, malgré un dessin qui fourmille de détails.

Résultat de recherche d'images pour "we never learn"

En soit, la qualité de We Never Learn reste tout à fait honorable et on comprend vite que le titre mérite son succès, d’autant plus qu’une adaptation anime est en cours et qu’elle a l’air de bien booster sans provoquer un tsunami à la Demon Slayer.

Notation:

Personnages: 14/20

Scénario:10/20

Ambiance et Univers:12/20

Dessin:17/20

Plaisir de Lecture:15,5/20

Total:68,5/100 = 13,7/20

We Never Learn est un manga prometteur, c’est un fait. Cependant le manga ne pourra pas échapper à certains codes du genre de la comédie romantique, codes qui viendront gêner la lecture. Les 3 premiers tomes restent agréables à parcourir malgré tout.

Un commentaire sur « Critique N°3: We Never Learn tomes 1 à 3 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s